Pourquoi l'Uruguay a 4 Etoiles sur son Maillot au lieu de 2 ?  


Pourquoi l'Uruguay a 4 Etoiles sur son Maillot au lieu de 2 ?

Maillot Uruguay

Le vainqueur d'une coupe du monde peut exhiber officiellement une étoile à cinq branches sur le maillot. La France, l'Espagne et l'Angleterre en ont une, l'Argentine deux, le Brésil cinq et l'Allemagne et l'Italie quatre. Cependant, un seul pays fait figure d'exception à la règle : l'Uruguay. En effet, il arbore quatre étoiles sur leur maillot alors qu'il a remporté deux fois la coupe en 1930 et en 1950. Pourquoi ?

Deux Étoiles pour les Jeux Olympiques


Les deux premières étoiles correspondent en réalité aux titres olympiques remportés aux Jeux de 1924 à Paris et de 1928 à Amsterdam.

A cette époque, il n'y avait pas de compétition intercontinentale de grande envergure et ces tournois olympiques étaient considérés comme les seuls championnats permettant de désigner la meilleure équipe au monde. Mais alors pourquoi les champions olympiques des éditions précédentes ne peuvent pas coudre une étoile sur leurs maillots ?

Le format des premières olympiades en était encore à ses balbutiements : pour certaines disciplines, il y avait peu de nations participantes. Le football était alors un sport de démonstration.

Galt FC
L'Equipe du Galt FC
Il devient une compétition officielle aux Jeux de Saint-Louis en 1904 mais il n'y avait que trois participants nord-americains : un club canadien (Galt FC) et deux clubs américains (Christian Brothers College et St. Rose Parish). En effet, le coût du voyage pour traverser l'Atlantique avait dissuadé les équipes européennes d'y participer. Cependant, bien que cette édition soit reconnue par le CIO, elle n'est pas reconnue par la FIFA. En 1908 et 1912, toutes les équipes étant européennes, on ne pouvait guère parler de tournoi mondial. Il faut attendre 1914 pour que la FIFA reconnaisse les JO comme "une compétition mondiale pour amateurs selon les règles établies par la Fédération". Ce n'est qu'après la première guerre mondiale et aux JO de 1920, que la première compétition intercontinentale symbolique eut lieu entre 13 pays européens et l'Égypte, première nation africaine à rejoindre la FIFA. Les participants étaient composés d'amateurs dont le statut collait aux valeurs de l'olympisme.

Lors des JO de Paris en 1924, la FIFA exploite une faille dans le règlement du CIO qui stipule que les participants amateurs peuvent bénéficier d'une indemnité financière pour interruption de leurs emplois de la part des associations. C'est ainsi que des joueurs professionnels prennent part au tournoi. L'Uruguay, seule équipe participante sud-américaine, remporte facilement le titre olympique sur des scores fleuves. A l'issue de la finale remportée contre la Suisse (3-0), les joueurs de la Céleste inventeront le tour d'honneur en allant saluer les 40 000 spectateurs français autour du terrain.

Tour d'Honneur des Uruguayens aux JO de Paris 1924
Le Tour d'Honneur de l'Uruguay aux JO de Paris

Quatre ans plus tard à Amsterdam, les Charrúas conservent leur titre en battant en finale l'Argentine, l'autre invité sud-américain. Les deux titres olympiques seront officiellement reconnus par la FIFA en 1950.

Deux Étoiles pour la Coupe du Monde


Au vu du succès des tournois olympiques, l'organisation d'un championnat du monde devient possible sous la houlette du président de la FIFA, Jules Rimet. L'Uruguay est le candidat idéal pour organiser cet événement d'autant qu'il célébre le centenaire de son indépendance en 1930.

Affiche Coupe du Monde Uruguay 1930
Affiche de la Coupe du Monde en 1930

Le pays hôte retrouve en finale, son ennemi juré, l'Argentine pour une revanche de la finale des JO deux après.

Finale Uruguay Argentine 1930
Entrée des Equipes lors de la Finale en 1930
C'est dans l'Estadio Centenario entièrement acquis à sa cause que la Céleste remporte la première édition de la coupe du monde chez elle dans un climat d'euphorie. L'écrivain argentin, Juan Sasturain, féru du ballon rond, dira de ce match : "Les Uruguayens porteront toujours avec eux la gloire et la malchance d'avoir été. Alors que les Argentins, pendant des années, porteront la malédiction de croire qu'ils ne pourront jamais démontrer ce qu'ils ont été".

Avec deux olympiades et une coupe du monde gagnées, la sélection aurait peut-être pu gagner d'autres titres et marquer encore plus son époque si elle n'avait pas boycotté les éditions de 1934 et 1938. En effet, la plupart des pays européens ne s'était pas donné la peine de se déplacer à cause de la longue traversée de l'Atlantique en bateau et les clubs étaient peu enclins à libérer leurs meilleurs éléments pendant deux mois. Vexée, l'association uruguayenne de football décide de ne pas envoyer de délégation en Italie et en France.

La 2ème guerre mondiale a interrompu l'organisation du tournoi et il faut attendre 12 ans pour que l'événement sportif renaisse en 1950. Cette fois, les rencontres se déroulent au Brésil. Les premiers de chaque groupe accèdent à un groupe final à quatre équipes. Alors qu'ils survolent la compétition en écrasant ses adversaires sur des scores fleuves, les brésiliens se voyaient déjà champions avant le dernier match décisif contre les uruguayens. En effet, sur le nombre de points, un nul suffit pour les sacrer vainqueurs du tournoi. Après être mené 1-0 et avoir réussi à égaliser, la Céleste s'impose sur le fil en inscrivant un but à 11 minutes du coup de sifflet final. C'est la stupeur pour les 199.000 spectateurs du Maracana.

Alcides Ghiggia Maracanazo 1950
Alcides Ghiggia Marque le But de la Victoire (2-1)
L'Uruguay défait le grand favori sur ses terres et soulève pour la deuxième fois le trophée en deux participations. Ce hold up, appelé le maracanazo, traumatisera longtemps les brésiliens mais il marque aussi la fin de l'âge d'or du football uruguayen.

Des Étoiles qui Palissent avec le Temps


Depuis, trahi par la réalité, nous avons cherché le réconfort dans le souvenir. Si nous pouvions apprendre à partir de ça, tout irait pour le mieux mais ce n'est pas le cas : nous nous réfugions dans la nostalgie quand nous sentons que l'espoir nous abandonne parce que l'espoir requiert de l'audace alors que la nostalgie ne demande rien.

Eduardo Galeano, écrivain uruguayen

Depuis, la sélection n'a pas fait mieux que des demi-finales en 1954, 1970 et 2010. Malheureusement, peu de gens se souvient des deux coupes gagnés et encore moins des deux titres olympiques acquis il y a plus de 90 ans. L'Uruguay souffre de ne plus être reconnu comme une grande nation footballistique capable de faire perdurer ses performances dans le temps.

Avec ses 3,4 millions d'habitants, le plus petit pays à être sacré champion ne désespère pas un jour de renouer avec son glorieux et lointain passé.